La fin du DVD se rapproche

Si la France et l’Allemagne ont longtemps été des poids lourds dans la vente du DVD en Europe, il n’en reste pas moins un secteur en baisse d’année en année. Les ventes physiques perdent des galons au profit des plates-formes numériques. Le marché de la vidéo poursuit son expansion autour des services en ligne comme Netflix ou Amazon. Ces tendances annoncent-elles un déclin inéluctable du DVD ?

Un marché en baisse

Si les chiffres de l’année 2017 ne sont pas encore officiels, le marché du DVD annonce de nouveau de lourdes pertes. En 2016, la vente de DVD a chuté de 16,8 % et dans le même temps, le Blu-Ray a accusé un revers de 12,7 %. Et pourtant ce n’est pas le marché de la vidéo qui en reste mais plutôt les formats ou les modes de consommation qui changent. Les spectateurs se dirigent davantage vers des contenus numériques. La télévision de rattrapage continue d’enregistrer de plus en plus de consultations.

Autre petit signe équivoque, quelques industriels annoncent la couleur et suppriment complètement les lecteurs CD-DVD dans les ordinateurs portables. Deux raisons expliquent ce phénomène : premièrement la demande a baissé ces dernières années, les consommateurs se dirigent de plus en plus vers le digital. Et deuxièmement, la tendance est aux ordinateurs plus fins, plus légers et plus autonomes. Pour ceux qui auraient déjà rempli leur bibliothèque de DVD et qui ont l’habitude de consommer leurs films sur ordinateurs, ce n’est pas perdu vous pourrez toujours les transformer au format MP4 et pouvoir les visionner sur des supports numériques sans lecteur. Le logiciel Movavi permet la conversion DVD en MP4. Rapide, efficace, pas besoin d’information supplémentaire concernant les formats vidéos ou réglages – lancez le programme tout simplement, ouvrez un DVD, choisissez un réglage prédéfini et cliquez sur Convertir.

Le contenu numérique

Les chaînes de visionnage comme Netflix ou Amazon, représentent les tendances actuelles dans le marché de la vidéo. Si les DVD collectors, avec des bonus, continuent encore de plaire, il devient difficile de rivaliser quand on s’aperçoit que le prix moyen des nouveautés en DVD ou Blu-ray sont affichés aux alentours des 20 euros alors qu’un abonnement standard mensuel à Netflix existe déjà pour 10,99 euros.

Comme la cassette VHS, le DVD semblent avoir fait son temps. Selon certaines estimations,  le marché physique de la vidéo va poursuivre sa décroissance à un rythme compris entre -10 et 15 % par an. Et il n’est pas le seul à subir les évolutions des modes de consommation. Son successeur le Blu-ray enregistre les mêmes déclins. Quant au petit dernier, le Blu-ray 4K, il semble avant tout destiné à un marché de niche.

Mon Coin Design