Les serveurs virtualisés

Les serveurs virtualisés ou les serveurs virtuels fonctionnent sur un serveur physique et ont pour objectif de mutualiser la capacité de chaque serveur. La mutualisation apporte une élasticité et permet d’adapter les ressources disponibles aux fluctuations de la demande. De cette manière, l’entreprise réduit les investissements en infrastructures physiques.

Même si la capacité des serveurs en réserve est importante pour absorber une montée en charge exceptionnelle, les entreprises n’utilisent pas de manière optimale la capacité maximale de leur serveur. Sans compter que l’investissement en déploiement, en exploitation et en maintenance d’un serveur physique reste conséquent.

Les bénéfices de la virtualisation des serveurs

Pour les directions des systèmes d’information en entreprise, la virtualisation des serveurs regroupe plusieurs avantages :

  • L’utilisation optimale des machines virtuelles en fonction de la charge grâce à une allocation de la puissance de calcul en fonction des besoins.
  • Un processus facilité de déploiement, d’exploitation et de maintenance de l’infrastructure.
  • La réduction des coûts en matériel, logiciel, trafic réseau, électricité, etc.
  • Un risque minimisé quant au surdimensionnement ou au sous dimensionnement des serveurs qui se produit souvent en amont d’un projet, lors de la définition de l’architecture du système.
  • En termes de sécurité des serveurs virtualisés, la plupart des fournisseurs de cloud computing protègent les systèmes et les environnements des serveurs contre les menaces les plus récentes.

Le cloud computing

La virtualisation des serveurs est étroitement liée au cloud computing. Le cloud computing, plébiscité par de grandes entreprises telles que Microsoft, IBM, Apple, etc. consiste à exploiter la puissance de calcul et de stockage de serveurs informatiques via internet. L’avantage du cloud computing est sa grande souplesse et son évolutivité. Il est tout à fait possible de gérer soi-même son propre serveur en fonction de ses besoins et ceci de manière personnalisée.

En d’autres termes, au lieu d’acquérir du matériel pour disposer d’une puissance de calcul, avec le cloud computing, il s’agit de se servir de cette puissance mis à disposition par un fournisseur cloud via un réseau internet. D’un point de vue financier, l’offre de cloud computing est une offre commerciale de paiement à l’usage. Plusieurs services peuvent être proposés aux entreprises : le IaaS, le PaaS ou encore le SaaS (Software as a Service).

Mon Coin Design